En quoi un compteur précis, inviolable et communicant peut permettre des économies d'eau ?
Daniel Lepercq  1, *@  
1 : CACG  (CACG)  -  Site web
pas de tutelle
Chemin de Lalette CS 50449 65004 Tarbes Cedex -  France
* : Auteur correspondant

La CACG a mis au point un compteur d'eau d'irrigation à la fois précis, inviolable et communicant.

L'article présente les liens complexes entre qualité de comptage, garantie de fonctionnement, communication quotidienne des relevés et économies d'eau potentielles.

A priori, les préleveurs n'ont pas d'intérêt individuel à la mise en place d'un compteur de qualité et à la transparence de leurs pratiques de prélèvement. En préalable, nous détaillerons donc dans l'article, à travers deux cas opposés, comment le collectif peut prendre le dessus sur ces intérêts individuels.

Un bon comptage pour changer les pratiques agricoles

Les compteurs d'eau d'irrigation se sont généralisés en 2000. Le compteur CALYPSO vient donc en remplacement de l'existant. Il apporte précision de comptage, inviolabilité et facilité de contrôle (via la communication quotidienne).

La qualité de comptage associé à l'inviolabilité du dispositif fait apparaitre une augmentation apparente de volume prélevé (apport de la précision). Si le volume est contraint, et la consommation contrôlée, la consommation doit diminuer pour respecter le volume maximum prélevable (apport de la communication).

Pour les irrigants les plus responsables, la connaissance de la dose exacte apportée aux cultures sera aussi un facteur d'économie d'eau en permettant de n'apporter que le minimum nécessaire.

L'économie engendrée avec ce matériel performant suppose un acte de gestion par la surveillance des consommations et une règle de gestion introduisant une sanction en cas de dépassement.

La connaissance quotidienne des prélèvements comme outil de gestion de la ressource en eau

La connaissance quotidienne des prélèvements permet d'anticiper les dégradations du milieu naturel et de décider de mesures plus pertinentes pour éviter la crise.

Dans cet article nous prendrons deux exemples :

- Une rivière réalimentée pilotée par un objectif d'étiage. La connaissance des prélèvements permet de mieux ajuster la réalimentation et donc de diminuer les incidents de gestion et d'économiser de la ressource en eau pour les usages futurs.

- Une nappe souterraine dont la maitrise des prélèvements est le seul levier pour la préservation des niveaux. Dans ce cas, la connaissance quotidienne permet de construire des modèles qui vont augmenter l'efficience de gestion d'environ 10% et permettre d'éviter des crises.

Mesurer l'économie d'eau

Si des améliorations de gestion de l'eau à la parcelle et au niveau du bassin sont permises par l'adoption de compteurs communicants précis, inviolables, la mesure de l'économie réalisée reste cependant complexe et multifactorielle :

- L'augmentation apparente de la consommation par la qualité du comptage masque, dans un premier temps cette économie.

- Dans le cadre d'une rivière réalimentée, c'est l'amélioration de l'efficience de gestion qui peut être traduite en volume économisé.

- L'économie de ressource en eau par la gestion a surtout comme effet de diminuer la fréquence des incidents de gestion et des crises et d'atténuer les effets du changement climatique.

 

Au-delà de la quantification, la notion d'économie d'eau est polysémique et nécessite une clarification systématique, pour éviter les échanges infructueux fréquemment rencontrés sur le terrain.



  • Poster
e
Personnes connectées : 1 Flux RSS